29

Mar
2017

Escale dans la case de Miriam Makeba à Dalaba [Histoire]

Posted By : voyageguinee224/ 54 0

Je vous propose une pause dans le quartier du Chargeur de la préfecture de Dalaba en moyenne Guinée où vécu la grande chanteuse sud-africaine Miriam Makeba appelée aussi « Mama Africa ».

Une militante anti-apartheid

Née le 4 mars 1932 à Johannesburg, en Afrique du Sud, Miriam Makeba  est décédée le 9 novembre 2008 à Castel Volturno, en Italie.

Chanteuse d’ethno-jazz et militante politique sud-africaine, elle fût naturalisée guinéenne dans les années 1960 et algérienne en 1972.

Symbole de la lutte contre l’Apartheid et pour la défense des droits civiques, militante panafricaine et ambassadrice des cultures musicales de son continent, on la surnomma « Mama Africa ».

Contrainte à l’exil pendant une trentaine d’années à cause de ses chansons militantes, elle parcourt le monde, et multiplie les succès musicaux. Elle rentre en Afrique du Sud en 1990 suite à la demande de Nelson Mandela.

 

Ses mélodies chantent la tolérance et la paix. Elle vit aux États-Unis, en Guinée, en Europe et devient un des symboles de la lutte anti-apartheïd.

Ses œuvres ont connu un succès planétaire, totalisant quelques 32 albums, 11 compilations et 28 singles.

J’ai conservé ma culture, j’ai conservé la musique de mes racines. Grâce à elle, je suis devenue cette voix et cette image de l’Afrique et de son peuple sans même en être consciente

extrait de sa biographie

Succès avec son single Pata Pata en 1989

25 années de liens très étroits avec la Guinée

Tout commença en 1959, lorsqu’ elle apprit sa déchéance de nationalité alors qu’elle voulait rentrer en Afrique du Sud pour les obsèques de sa maman. En effet, l’Afrique du Sud avait décidé de l’exiler suite à sa participation au film Come Back Africa.

Suite à cela, le premier à réagir est le président guinéen Ahmed Sékou Touré qui lui octroie un passeport diplomatique. Débutent ainsi 25 ans de liens très étroits avec la Guinée, qui devient sa deuxième patrie sur le continent africain. 

Il reçoit une première fois Miriam Makeba à l’occasion des célébrations de la fête de l’indépendance le 2 octobre 1960 et l’aide dans l’organisation de sa première tournée des nations africaines nouvellement indépendantes. Après lui avoir proposé de vivre en Guinée, il la laisse rentrer aux États-Unis la même année sur ces mots : « L’Amérique ne sera jamais votre pays ».

 

La Guinée comme terre d’exil

Huit années plus tard, Miriam Makeba s’installe en Guinée avec son mari, le militant afro-américain Stokely Carmichael et entame une tournée africaine qui la mène notamment au Libéria, en Tanzanie, au Kenya, en Angola et en Côte d’Ivoire.

Quel destin étrange et paradoxal pour cette admirable militante des droits civiques que de vivre dans un pays sous le joue d’un autre dictateur, le président Sékou Touré !

En plus de la nationalité guinéenne, les autorités lui accordèrent un terrain à Dalaba, au sud du Foutah-Djallon. Elle y construisit une case de repos que nous vous proposons de visiter.

 

Mama Africa à Dalaba

Nous sommes en Moyenne Guinée, dans la région du Foutah Djallon, au coeur du quartier du Chargeur de la Préfecture de Dalaba, une grande case ronde traditionnelle.

Un lieu chargé d’histoire où le temps est suspendu !

Vous souhaitez visiter Dalaba et la case de Myriam Makeba ?

Nous vous proposons le circuit immersion dans le Foutah Djallon, balade en terre Peulh.

Leave your comment

Please enter comment.
Please enter your name.
Please enter your email address.
Please enter a valid email address.